Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/02/2012

CAT POWER : JUKEBOX (Matador/2008)

      

musique,pulp,harry belane,pulpothèque,cat power,jukebox,matador records,beggars banquet

 

 

17h07: Ce matin, je me suis réveillé avec une drôle d'angoisse, ça ressemblait un peu aux montées d'adrénaline lorsqu'adolescent on se prépare à un rendez-vous, qu'on ne sait pas trop s'il faut tenter la raie au milieu sur la gauche ou la droite, et qu'on se conditionne pour toucher au triomphe alors qu'on nage dans l'incertitude la plus complète. Elle devait arriver vers huit heure, il m'en restait moins de trois pour réaliser la soirée parfaite. Je farfouillais dans les étagères pour compiler une sorte de Love Playlist qui ne manquerait pas de la faire fondre. Puis je m'affairais: rangement (un bordel ordonné), cuisine (feuilletés de saumon, magret de canard au miel, pour la fondue au chocolat j'avais le temps), enfin une douche minutieuse où je surpris mes nouveaux instincts de métro-sexuel avec force usage de crèmes, de masque capillaire et rasage légendaire qui me valut une blessure d'estime sous le menton.

20heures: Au comble de l'excitation, d'un doigt tremblant sur Open/Close, je lançais "Juke Box" le dernier Cat Power,  deuxième album de reprises après"The Covers Records". Hormis un titre dédié à Dylan, cristallisation de l'idolâtrie vouée par Chan Marshall (qui au passage reprend magistralement son propre "Metal Heart"), la miaulante a ressorti un paquet de vinyls poussiéreux. Le disque s'ouvre sur une version désespérée de "New York, New York", sombre prétexte à d'envoutants entrelacs piano-guitares, il n'en faut pas plus à cette reprise de Sinatra pour m'inonder d'une vision céleste quoique quasi-équationnelle : (Elle = Ava Gardner) + (moi = Sinatra) = " I'm A Fool To Want You ".  Je me la repasse en boucle.

CAT POWER: NEW YORK ( 1:59)

podcast

20h42: Deuxième coupe de champagne, deuxième clope, c'est même pas sa voix sur son répondeur. J'ai pas laissé de message. "Metal Heart", troisième titre semble n'avoir jamais aussi bien porté son nom, l'excitation s'estompe, j'espère encore qu'il va se passer quelque-chose : un coup de fil ? un coup d'interphone? J'ai bien envie du feuilleté de saumon.

21h08: Le feuilleté me fait les yeux doux. Je résiste.

 

CAT POWER: ARETHA, SING ONE FOR ME (3:00)
podcast

21h23: Terminée, la bouteille de champagne. Je me surprends à siffloter l'intro de "Aretha, Sing One For Me", reprise dans un esprit Joss Stone sans le fard à paupières, les boas chatoyants, en moins pétasse quoi. Orgue discret, pont convenu. Honnête. Pas comme certaines. Effet champagne. L'original interprété par George Jackson fait aussi son petit effet.


21h26: "Lost Someone", inévitablement je pense à une autre reprise," Hallelujah " de Leonard Cohen par Jeff Buckley. Chan Marshall transcende l'original vers des sommets émotionnels, bien loin de l'immense James Brown. Au passage, le fameux " Lost Someone " me rappelle que s'il y a bien quelqu'un de perdu, je fais pas mal l'affaire. Les deux coupes de champagne sont remplies : "Hallelujah". Vas-y Aretha chante pour moi. 

CAT POWER: LOST SOMEONE (2:33)



21h45: J'ai englouti les deux feuilletés. Le magret était délicieux, sublime sucré-salé comme cette version du "Woman Left Lonely" de Janis Joplin où l'intensité de l'original se mue ici en apaisement. J'ai compris qu'elle ne viendrait pas (enfin), que pour ce soir pas de femme abandonnée mais un homme abandonné. Je me surprends à entrechoquer les coupes de champagnes pour porter un toast aux hommes célibataires. Si Janis Joplin frappait à ma porte, peut-être je lui ferai l'amour. Si rebutante soit-elle. Peut-être pas. Sûrement...

CAT POWER: WOMAN LEFT LONELY



21h54: "Blue " en conclusion d'un effort rassurant de la part de Cat Power. Ses reprises hivernales ne révolutionnent pas les titres originaux loin s'en faut, ils sont juste transposés dans l'univers langoureux d'une fille qui sait finalement où elle va et avec qui elle s'en va (l'excellent Dirty Delta Blues), traînant son spleen post-adolescent sur des terres familières (Nina Simone, Bob Dylan, Joplin ...). Comme elle le dit : "Quand il n'y a personne autour, l'amour vous aime toujours."

22h03: Replay de l'album, c'est beau, je me sens moins seul. Elle n'est pas venue mais j'ai trouvé une fille plus belle, plus classe, plus douce. J'ai de la chance, je vais finir ma soirée avec Chan Marshall. Soyeuse fondue au chocolat.

cat_power.jpg

Commentaires

Je pense que tu devrais également apprécier l'EP "Dark End of the Street", enregistré en même temps que Jukebox.
http://www.youtube.com/watch?v=O5UeSUUqiL8

Écrit par : Nicolaoua | 01/03/2012

Répondre à ce commentaire

merci pour le lien, il existe aussi des inédits de Jukebox avec des versions pour le Mexique,l'Europe et les u.s.a. Je connaissais le E.P également qui regroupe ces morceaux.

Écrit par : harry belane | 01/03/2012

Répondre à ce commentaire

J'en profite aussi pour rajouter ode to chan à ma liste.

Écrit par : harry belane | 01/03/2012

Répondre à ce commentaire

C'est sympa, je vais te rendre la politesse!

Écrit par : Nicolaoua | 06/03/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire